Nouveautés

Journal d'Archéologie : Kharid-et

Journal d'Archéologie : Kharid-et

Nos intrépides journalistes ont suivi le professeur Tony dans le désert kharidien, où il a retrouvé une vieille connaissance...

Mercredi 4 Varyembre

Une fois encore, je me demande si ce projet n'a pas complètement dégénéré. Hier matin, j'ai reçu une lettre du Dr Nabanik, qui me remerciait de l'avoir laissé diriger les fouilles du site que nous avons découvert au nord-est d'Al-Kharid. Seulement, je ne me souviens pas lui avoir dit quoi que ce soit à ce sujet. Pour être franc, j'espérais plutôt mener les fouilles moi-même et participer à l'aventure, pour une fois.

Il ne me reste plus qu'une chose à faire : je dois me rendre à Al-Kharid et dissiper ce malentendu. J'espère juste que ce brave docteur ne s'est pas laissé emporter par son élan...

Jeudi 5 Varyembre

Bigre. Malgré mes doutes, il m'est difficile de nier que le Dr Nabanik fait un travail remarquable. Dès mon arrivée, nous avons découvert deux reliques fascinantes. Si je m'écoutais, j'aurais dit qu'il savait où elles seraient enterrées. Mais c'est ridicule, n'est-ce pas ?

Les reliques en elles-mêmes étaient absolument somptueuses. La première était une sublime œuvre d'art zarosienne, un cristal violacé orné de bandes dorées. Une étrange énergie semblait également en émaner. Il pourrait s'avérer judicieux de continuer à l'étudier.

Le deuxième objet était une sorte de masque blindé, forgé dans un métal similaire aux exemplaires que nous avions trouvés sur notre propre site de fouilles. Je me suis dit que nous devrions commencer à extraire le minerai et effectuer quelques expériences lorsque j'ai remarqué que mon compère semblait quelque peu abattu.

Il se contentait de regarder fixement les yeux vides du masque. Je crois même avoir vu des larmes dans ses yeux. Lorsque je lui ai demandé ce qui le tracassait, il avait l'air surpris, comme s'il avait oublié que j'étais à côté de lui, et a marmonné quelque chose au sujet du « destin de notre peuple » avant de repartir vers son camp.

Quel type étrange. Néanmoins, je suis content de voir un archéologue qui s'investit autant dans son travail.

Vendredi 6 Varyembre

Le Dr Nabanik est un véritable expert ! Après le dîner, il nous a tous divertis en nous racontant des légendes du désert, notamment des informations concernant Kharid-et.

Tout comme Senntisten, Kharid-et semble avoir été une importante forteresse zarosienne. Il se raconte que c'est à cet endroit que les Mahjarrats avaient amassé de puissants objets provenant des quatre coins du désert kharidien, en vue de les utiliser pour leurs projets, très probablement machiavéliques. Je me demande si certaines de ces reliques sont toujours ici, à attendre que quelqu'un les récupère et découvre leurs pouvoirs magiques. Rien que d'y penser, j'en ai des frissons !

Le Dr Nabanik m'a semblé très calme lorsqu'il a décrit ce qui semble être les derniers jours de la forteresse. Si l'on en croit la légende, Kharid-et fut assiégée pendant plusieurs mois au cours de la IIIe ère. Recouvert par les sables mouvants, un fort tout entier et ses habitants ont fini par sombrer dans l'oubli. La rumeur dit que quelques fervents fidèles sont toujours à la recherche de sa vérité, mais nul ne sait s'ils ont réussi.

C'est alors que Nabanik m'a montré un papyrus ancien extrêmement bien conservé. Il présentait une sorte de structure, qui ressemblait quelque peu à une version gigantesque du cristal que nous avions découvert plus tôt. S'agirait-il du trésor que nous recherchons ?

Nous avons ensuite discuté de nos projets concernant les fouilles, mais je n'arrêtais pas de me poser des questions. Qu'est-il réellement advenu des habitants de la forteresse ? Sont-ils parvenus à s'échapper, reposent-ils à l'endroit où ils ont péri, ou y a-t-il une chance qu'ils soient toujours en vie là-dessous ? Quelle était l'autre forme figurant sur ce papyrus ?

À cet instant, envisager que des Mahjarrats morts-vivants puissent nous attendre là-dessous me faisait froid dans le dos. Je me suis donc excusé et je suis reparti dans ma tente pour essayer de me reposer un peu. Brrr... le vent nocturne du désert est vraiment glacial.

Plus tard...

Je dois quitter cet endroit immédiatement. Après avoir vu ce que j'ai vu, je ne pense pas pouvoir rester une nuit de plus ! Je vais essayer de remettre de l'ordre dans mes pensées.

Il y a une heure, je suis sorti de ma tente pour voir si je pouvais trouver une couverture supplémentaire. En revenant de l'entrepôt, j'ai remarqué qu'une lumière était encore allumée dans la tente du Dr Nabanik. Je pensais que, comme moi, il avait du mal à trouver le sommeil, alors je me suis approché pour le saluer. En me rapprochant, j'ai compris qu'il avait déjà de la compagnie. Quelque chose n'allait pas : je l'entendais parler, mais je n'entendais personne lui répondre.

Je ne sais pas pourquoi j'ai décidé de continuer à écouter. J'aurais presque voulu me retourner et partir à cet instant précis. Mais au lieu de cela, je me suis rapproché de la tente pour mieux entendre. Ce que j'ai entendu m'a glacé le sang.

« Maître », dit le Dr Nabanik d'une voix ne ressemblant en rien au type sympathique que je connaissais, « Je vous en conjure, venez à moi et écoutez-moi. »

Je faisais de mon mieux pour entendre l'autre personne parler, mais je n'entendais que le vent. À cet instant, je me suis senti encore plus curieux et je me suis rapproché, allant jusqu'à soulever le bord de la tente pour en épier l'intérieur.

« Vous avez raison, Maître. Je vais devoir creuser plus profondément. » C'est ce que le Dr Nabanik a dit et, cette fois, j'ai vu de mes yeux qu'il était seul dans la pièce. Il parlait tout seul !

Tout cela était déjà suffisamment étrange, mais ce qui a suivi m'a fait prendre mes jambes à mon cou. Le docteur s'est tourné dans ma direction pour aller éteindre la bougie. J'ai immédiatement reculé, je pense qu'il ne m'a pas vu. Mais son visage était... !

Non, j'ai dû me tromper. Ce n'était qu'un effet de lumière.

Dans tous les cas, je pense qu'il est grand temps de partir. Le Dr Nabanik est peut-être étrange, mais c'est un fantastique archéologue et si j'ai vu ce que je pense avoir vu, il est l'homme de la situation.

Je dois bien reconnaître que toute cette escapade m'a fait me demander si un jeune homme doit se lancer dans de telles aventures. Mais il est hors de question que je ne termine pas mon travail...

Bigre. Nous espérons que le professeur Tony va bien. Ici, à la rédaction de la gazette de Giélinor, nous savons que le Dr Nabanik est un membre respecté de la communauté des archéologues, même s'il a fait fortune en vendant des cannes suspectes.

Mais ces informations concernant Kharid-et semblent fiables, et particulièrement palpitantes ! Serez-vous le prochain aventurier à découvrir un trésor dans le désert ?

Restez à l'affût du prochain journal d'Archéologie, où nous étudierons Pharespoir de l'intérieur.