Nouveautés

Journal d'Archéologie : Pharespoir

Journal d'Archéologie : Pharespoir

Pendant qu'il enquêtait sur le nouveau QG de la Guilde des archéologues à Varrock, notre stagiaire gobelin a découvert une autre page de journal astucieusement dissimulée dans une poubelle, ainsi qu'une mystérieuse lettre écrite par Vanescula Drakan ! Mon pauvre Tony... qu'est-il advenu de toi ?

Vendredi 13 Varyembre

Monsieur Anthony B. Robinson,

Lorsque j'ai accepté de mettre mes sujets, ma richesse et mes connaissances non négligeables à la disposition de votre expédition saugrenue, cela sous-entendait que nous découvririons ce qu'il est advenu de nos ancêtres, l'escouade de vampires qui n'a pas hésité à donner sa vie pour le Seigneur Zamorak.

Alors peut-être auriez-vous l'obligeance de m'expliquer pourquoi vos saletés de « sylphes temporels » s'obstinent à nous mener vers des cadavres d'Icyenes ?

Malgré votre promotion au rang de maître de guilde, je me dois de vous rappeler que les Icyenes étaient nos ennemis au cours de la guerre des dieux. Étant donné que vous êtes probablement limité par votre condition de pauvre mortel, je suppose que vous avez du mal à comprendre les soucis que cela me cause, mais je vous assure que la dernière chose dont notre alliance précaire ait besoin est un rappel de notre passé belliqueux.

Et ces vieux os seront le cadet de vos soucis si j'apprends que vous avez quelque chose à voir avec ce satané phare ! Je vais supposer que vous n'en saviez rien, ce qui explique pourquoi votre sang circule encore à l'intérieur de vos veines. Alors, soyez attentif.

Il y a une semaine, nous avons remarqué que d'autres sylphes temporels se déplaçaient vers la mer et, honnêtement, j'espérais que nous en serions débarrassés. Hier, alors que j'essayais de dormir, ils se sont tous mis à briller d'une lueur horriblement aveuglante. C'est alors que nous avons compris que la lumière n'émanait pas seulement des sylphes temporels : quelque chose d'autre brillait dans l'eau, et ces saletés faisaient sortir cette chose.

Bien entendu, ce truc est trop lumineux pour que je puisse l'étudier de plus près, mais mes sources m'ont dit que cette chose était Pharespoir, un symbole d'espoir Icyene. Viliaf va bien s'amuser avec ça.

Et surtout, cette lumière céleste nous complique vraiment la vie et, vu que vous êtes celui qui nous a causé une telle souffrance, je vous somme instamment de nous en débarrasser.

Ne vous avisez pas de me décevoir, maître de guilde. Je me fiche de savoir à qui vous ferez appel ou ce que vous devrez faire. Arrêtez. Ce. Maudit. Phare.

Furieusement vôtre,

Vanescula Drakan


Argh ! Pourquoi ne puis-je pas gérer simplement un site de fouilles sans tomber sur des inepties surnaturelles ? J'ai accepté d'être promu au rang de maître de guilde en espérant que les autres se chargeraient des machinations quotidiennes et que je m'occuperais des tâches plus tranquilles ! Des vampires en colère ? Des bâtiments qui sortent de la mer ? Je suis maître de guilde depuis une semaine et j'ai déjà l'impression d'être au fond du trou.

Mais tout n'est pas perdu ! Le phare, et Pharespoir à l'intérieur de celui-ci, ont joué un rôle crucial dans la culture saradoministe et ce site devrait faire la lumière (ha ha !) sur une période de l'histoire que nous croyions perdue depuis longtemps. En plus de cela, certaines légendes racontent que la lumière serait dotée d'un pouvoir qui lui est propre... voilà qui pourrait s'avérer très utile en cette période trouble.

Et voilà ! Pharespoir, le symbole oublié des Icyenes, resurgit des profondeurs ! Quelles autres merveilles sa lumière pourrait-elle illuminer ?

Retrouvez-nous la semaine prochaine pour le cinquième et dernier journal d'Archéologie, où nous parlerons de la Source infernale.

Comme c'est étrange, la seule chose « infernale » que j'aie vue à l'auberge du Sanglier joyeux, ce sont les kébabs...